Syrie-Offensive des forces arabo-kurdes près de Rakka

le
0
    AMMAN, 24 mai (Reuters) - Une alliance de milices syriennes 
a lancé mardi une nouvelle offensive contre l'Etat islamique 
(EI) près de Rakka, capitale de fait de l'organisation sunnite 
fondamentaliste, ont annoncé l'Observatoire syrien des droits de 
l'homme (OSDH) et un responsable. 
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont la composante 
principale sont les puissantes milices kurdes YPG, est le 
principal partenaire en Syrie de la coalition internationale 
formée par les Etats-Unis pour lutter contre l'EI. 
    Appuyées par les frappes aériennes de la coalition, les YPG, 
qui bénéficient aussi du soutien de la Russie, ont chassé l'EI 
de vastes zones du nord de la Syrie depuis plus d'un an. Leur 
avance a récemment ralenti. 
    Rien ne permet de dire quand le véritable assaut sur la 
ville de Rakka sera donné. Un responsable kurde contacté par 
Reuters a refusé de dire si Rakka était la cible de cette 
dernière offensive.  
    Les groupes kurdes syriens ont par le passé déclaré qu'une 
attaque sur Rakka, ville à majorité arabe, devait être menée par 
des milices arabes. Or, selon certains spécialistes de la Syrie, 
les groupes arabes composant les FDS ne sont pas prêts pour une 
attaque de ce genre. 
    Un certain nombre de combattants des FDS ont été repérés en 
train de se déplacer vers le sud en provenance de leur fief de 
Tel Abyad, près de la frontière turque, en direction d'Aïn Issa, 
localité située à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de 
la ville de Rakka. Des combats sont signalés dans les environs, 
précise l'OSDH. L'ONG basée à Londres suit la guerre en Syrie au 
quotidien grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain. 
    Cette opération au sol est accompagnée d'une série de 
frappes aériennes sur des positions de l'EI dans le secteur 
menées par des avions de la coalition internationale. 
    Cette offensive fait suite à une récente visite dans le nord 
de la Syrie du général Joseph L. Votel, chef du Commandement 
central américain, plus haut gradé américain à s'être rendu en 
Syrie depuis le début de la guerre en 2011. 
    Pour l'instant, ni Washington, si ses alliés de la coalition 
internationale contre l'EI n'ont indiqué avoir l'intention de se 
lancer dans une campagne d'envergure pour reprendre Rakka ou 
Mossoul en Irak, l'autre place forte de l'EI. 
    La ville de Rakka se situe au centre de la province du même 
nom, laquelle jouxte la Turquie au nord. 
    Lors de sa visite, le général Votel a rencontré certains des 
dirigeants des FDS et des militaires américains stationnés dans 
le nord de la Syrie qui forment les combattants de l'alliance, 
indique le département américain de la Défense. 
    En février, les FDS ont pris la localité de Chadadi, noeud 
logistique majeur de l'EI. Sa capture a isolé Rakka encore un 
peu plus. 
 
 (Souleiman al Khalidi et Tom Perry; Danielle Rouquié pour le 
service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant