Syrie : Obama sort de la crise affaibli face à Poutine

le
0
À Washington, le compromis de Genève est moins porté au crédit du chef de la Maison-Blanche qu'à celui du président russe.

Le débat agite Washington sur les chausse-trappes de l'accord Kerry-Lavrov et les motivations réelles de Poutine en Syrie. Il est tôt pour dire si le compromis de Genève sera porté à son crédit, mais un constat fait l'unanimité: la séquence syrienne a porté un coup au prestige de Barack Obama, ébranlant la crédibilité de l'Amérique et laissant planer de nombreux doutes sur la capacité d'action du président pendant le reste de son mandat.

À l'international, les États-Unis sortent affaiblis de l'épisode. La valse-hésitation qui a marqué le processus de décision présidentiel depuis le massacre chimique du 21 août a ouvert la porte à un retour spectaculaire de Poutine, qui s'est engouffré dans la brèche béante laissée par Obama au Moyen-Orient. Alors qu'il avait attisé pendant deux ans et demi les flammes de la guerre en encourageant la ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant