Syrie : Obama sceptique sur une action militaire américaine

le
0
Syrie : Obama sceptique sur une action militaire américaine
Syrie : Obama sceptique sur une action militaire américaine

Tous deux veulent «mettre fin aux violences en Syrie», mais sont toujours en désaccord sur la façon d'y parvenir. Au premier jour du sommet du G8 en Irlande du Nord, le président russe Vladimir Poutine, allié indéfectible du régime de Bachar-al-Assad et, Barack Obama, qui hésite encore à armer les rebelles, ont affiché leurs divergences dans une ambiance crispée. Même s'ils n'abandonnent pas l'espoir d'arriver à un accord sur l'organisation d'une conférence de paix dite Genève 2 avant la fin de ce rendez-vous international. Un point qui pourrait rassurer les Russes : la prise de position du président américain sur une éventuelle intervention militaire.

Obama sceptique sur une action militaire américaine... Au cours de cette interview enregistrée dimanche à la Maison-Blanche avant son départ pour le sommet du G8, le président américain s'est montré réticent à toute intervention comme la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne. Il doute que cela puisse modifier le cours du conflit. «Si vous instaurez une zone d'exclusion aérienne, il se peut que vous ne régliez pas le problème à l'intérieur de cette zone.» «Si vous mettez en place un couloir humanitaire, êtes-vous en fait tenus d'empêcher uniquement les avions d'entrer dans ce couloir, ou également les missiles?», a interrogé Obama. «Au quel cas, cela signifie-t-il que vous devez éliminer les armements à Damas et être donc prêts à bombarder Damas? Et que se passe-t-il en cas de victimes civiles?» s'est encore demandé le président américain.

...mais son administration promet un soutient militaire. Il s'exprimait après que l'un de ses conseillers à la Maison Blanche eut clairement accusé jeudi le régime syrien d'avoir utilisé du gaz sarin contre les rebelles et promis en conséquence un «soutien militaire» aux insurgés. Mais Obama n'a pas détaillé la forme que pourrait prendre cette aide, des analystes pronostiquant des livraisons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant