Syrie : nouvelles révélations sur les atrocités commises par le régime

le , mis à jour à 19:44
1
Syrie : nouvelles révélations sur les atrocités commises par le régime
Syrie : nouvelles révélations sur les atrocités commises par le régime

Deux jours avant une réunion internationale cruciale sur la Syrie à New York, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a pu constituer un rapport avec des nouveaux éléments à charge contre le régime de Bachar al-Assad. Il se base sur photos prises par «César» un ex-photographe légiste de la police syrienne qui a fui en 2013, emportant avec lui des clichés de milliers de cadavres qui portent les stigmates de tortures et de mauvais traitements. «Le Monde» a pu consulter ce document de 90 pages avant sa présentation ce mercredi à Moscou.

Quelque 28 000 photos ont été prises dans les centres de détention des services de sécurité. «Ces cadavres se distinguent par trois chiffres tracés sur la clavicule ou sur un bout de carton accolé au corps. Ils indiquent la branche des services de sécurité qui les a arrêtés, leur numéro en tant que détenu et leur numéro de décès. Chaque corps ayant été photographié à plusieurs reprises, les membres du MNS ont calculé que les 28 000 clichés de morts en détention correspondent à 6 700 individus différents, dont 100 enfants», explique le quotidien dans son édition du 17 décembre. HRW a mené une enquête approfondie sur 27 cas.

« Nous n’avons aucun doute quant au fait que les personnes qui apparaissent sur les photographies de César ont été privées de nourriture, battues et torturées de façon systématique et à grande échelle », explique  Nadim Houry directeur adjoint de HRW pour le Proche-Orient, sur le site de l'organisation. « Ces photographies ne représentent qu’une fraction des individus morts en détention sous la responsabilité du gouvernement syrien – des milliers d'autres connaissent actuellement le même sort ».

«Les détenus mouraient durant les séances de coups»

Pour confirmer les lieux où les photos ont été prises, les chercheurs de Human Rights Watch ont recouru à des techniques de géolocalisation par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 12 mois

    Quelle honte ce journal qui fait les poubelles de la CIA !