Syrie-Moscou ne peut s'enliser, doit pousser à une transition-Blinken

le
1

(Avec déclarations à RTL) PARIS, 28 octobre (Reuters) - La Russie ne peut pas se permettre de s'enliser en Syrie et elle a intérêt à pousser le président syrien vers une transition démocratique, a déclaré mercredi à France 24 le secrétaire d'Etat américain adjoint Antony Blinken. Il est allé plus loin quelques heures plus tard sur RTL en estimant que ce processus devait mener au départ de Bachar al Assad, sans en faire un préalable. "Nous sommes déjà d'accord sur beaucoup de principes, y compris avec la Russie", a-t-il dit. "Maintenant, ce qu'il faut faire c'est définir avec plus de détails un processus de transition." Pour Antony Blinken, la Russie "commence à comprendre qu'il n'y a pas de solution militaire en Syrie", a-t-il estimé. Il avait dit sur France 24 que l'intervention russe sur le terrain, en soutien au régime de Bachar al Assad, ne se passait "pas particulièrement bien". "La Russie a donc intérêt, et dispose de d'avantage d'influence, pour pousser Assad et le régime vers une transition", avait-il ajouté. "La Russie ne peut pas se permettre de s'enliser en Syrie, ni de se mettre à dos la quasi-totalité du monde sunnite." Le secrétaire d'Etat américain adjoint a par ailleurs jugé "évident" qu'il fallait associer d'une manière ou d'une autre l'Iran aux discussions sur l'avenir de la Syrie. Téhéran a annoncé mercredi sa participation à la réunion programmée vendredi à Vienne sur ce dossier. (Leigh Thomas, Chine Labbé et Emmanuel Jarry, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 29 oct 2015 à 09:29

    Les propos des représentants étasuniens sont toujours des propos de fourbes, comme ceux d'un autre pays que je ne nomme pas, puisqu'il faut ne rien en dire...