Syrie-Moscou dénonce ceux qui veulent faire échouer les discussions

le
1
 (Actualisé avec la Maison blanche, derniers paras) 
    MOSCOU, 19 avril (Reuters) - Certains "acteurs" cherchent à 
faire dérailler les négociations de paix sur la Syrie, a déclaré 
mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à 
l'issue d'une rencontre à Moscou avec son homologue français 
Jean-Marc Ayrault. 
    "Il y a certains acteurs - à l'extérieur - qui caressent le 
rêve de renverser le régime (syrien) par la force et pour cela 
tentent tout ce qui est possible, y compris faire dérailler les 
discussions de Genève", a-t-il dit lors d'une conférence de 
presse. 
    "Je pense que la France et les Etats-Unis sont en total 
désaccord avec de telles tentatives", a-t-il ajouté. 
    Riad Hidjab, principal coordinateur du Haut Comité des 
négociations (HCN) mis en place par l'opposition syrienne, a 
annoncé qu'il allait quitter Genève dans la journée, estimant 
qu'il n'y avait plus de trêve en Syrie et qu'il ne pouvait être 
question de négocier tant que le peuple syrien souffre. 
  
    Pour la présidence américaine, les Nations unies ne parlent 
pas de rupture des négociations et il y a donc toujours une 
chance de parvenir à une transition politique en Syrie, qui 
prévoirait le départ du président Bachar al Assad. 
    "Les Nations unies (...) ne décrivent pas la situation comme 
une rupture. Elles reconnaissent que les discussions sont 
repoussées mais le cadre reste en place", a dit Josh Earnest, le 
porte-parole de la Maison blanche. 
    "Je crois que des discussions techniques se déroulent 
toujours à Genève (...), donc il y a toujours une possibilité 
d'aller de l'avant", a-t-il ajouté. 
 
 (Lidia Kelly à Moscou, Jeff Mason et Susan Heavey à Washington; 
Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 11 mois

    Poutine sait très bien que la France et les USA sont dans le camp anti-Assad, il tend la main à la France, une fois de plus.