Syrie : mort de cinq militaires dans le crash d'un hélicoptère russe

le
0
Syrie : mort de cinq militaires dans le crash d'un hélicoptère russe
Syrie : mort de cinq militaires dans le crash d'un hélicoptère russe

Cinq militaires ont été tués lundi lors du crash d'un hélicoptère de transport de l'armée russe, abattu dans le nord-ouest de la Syrie alors qu'il participait à une opération «humanitaire» dans la ville assiégée d'Alep, ont annoncé les autorités russes. «Le 1er août, dans la province d'Idleb (nord-ouest, ndlr), des tirs depuis le sol ont abattu un hélicoptère de transport militaire Mi-8 alors qu'il revenait à la base aérienne de Hmeimim après avoir livré de l'aide humanitaire dans la ville d'Alep», informe le ministère de la Défense dans un communiqué.

 

«A bord de l'hélicoptère se trouvaient trois membres d'équipage et deux officiers du Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie», a-t-il précisé. Ces cinq soldats portent à 18 le nombre officiel de militaires russes tués en Syrie depuis que la Russie y a déclenché une intervention militaire fin septembre 2015 pour soutenir son allié, le président syrien Bachar al-Assad.

 

Poutine continue la lutte

 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rendu hommage aux cinq hommes, «morts en héros parce qu'ils essayaient de diriger l'appareil de manière à minimiser le nombre de victimes sur le sol».

Jeudi, l'armée russe avait annoncé le lancement d'une «opération humanitaire de grande ampleur» avec les forces gouvernementales qui assiègent les quartiers insurgés d'Alep, dans le nord de la Syrie, deuxième ville du pays et enjeu majeur de la guerre.

Le dernier mort en Syrie remonte au 22 juillet et avait été annoncé par les agences de presse russes, citant un communiqué du ministère de la Défense. Début juillet, deux pilotes russes avaient également trouvé la mort près de Palmyre, dans le centre de la Syrie, lorsque l'hélicoptère syrien dans lequel ils volaient avait été abattu. Deux autres soldats russes avaient été tués en juin.

 

Après plusieurs mois de frappes aériennes, Vladimir Poutine a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant