Syrie : mort d'un premier britannique engagé avec les Kurdes contre l'EI

le
0
Syrie : mort d'un premier britannique engagé avec les Kurdes contre l'EI
Syrie : mort d'un premier britannique engagé avec les Kurdes contre l'EI

Un ancien membre des Royal Marines est devenu le premier Britannique à trouver la mort en combattant l'Etat islamique (EI) en Syrie, après s'être engagé comme une centaine d'autres étrangers aux côtés des forces kurdes.

La famille de Konstandinos Erik Scurfield a confirmé mercredi la mort de l'ancien soldat, âgé de 25 ans et domicilié à Barnsley. Selon The Telegraph, elle s'est déclarée «anéantie» par la nouvelle mais aussi «très fière».

«Sa flamme a peut-être brûlé brièvement, mais elle a brûlé vivement avec amour, courage, conviction et honneur et nous sommes très fiers de lui», a déclaré sa famille.

Une source au sein de la principale force kurde en Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), a déclaré que l'YPG était «en contact avec la famille pour savoir ce qu'elle veut qu'on fasse de sa dépouille».

Konstandinos Erik Scurfield était arrivé en Syrie le 7 décembre dernier. Il a succombé mardi à des blessures subies la veille lors de combats dans la province de Hassaké, au sud-ouest de Tall Hamis, une localité reprise à l'EI la semaine dernière. Le jeune homme aurait été touché par un tir de mortier.

Jordan Matson, un ex-soldat américain qui se présente comme un compagnon d'armes de Konstandinos Erik Scurfield sur Facebook, a rendu hommage à un «combattant discipliné» et indiqué que la victime était un ancien ressortissant grec ayant adopté la nationalité britannique.

Un parallèle avec les brigades internationales

Une photo apparue sur les réseaux sociaux montre Konstandinos Erik Scurfield vêtu d'un treillis militaire et armé d'un fusil d'assaut au milieu d'autres combattants étrangers et kurdes.

La nouvelle de sa mort a été annoncée à sa famille par Mark Campbell, un militant britannique pro-kurde qui a ajouté que l'YPG avait demandé s'il pouvait être enterré en Syrie «en tant que martyr». Selon ce militant, l'ancien Royal Marine était «frustré» par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant