Syrie-Mistura a évoqué le sort d'Assad avec l'opposition

le
1
    GENEVE, 16 avril (Reuters) - L'émissaire des Nations unies 
pour la Syrie, Staffan de Mistura, a évoqué dans ses discussions 
avec l'opposition à Genève l'hypothèse d'un maintien symbolique 
au pouvoir du président Bachar al Assad, ont déclaré samedi deux 
sources au sein de l'opposition syrienne, précisant que cette 
piste avait été rapidement écartée.  
    Staffan de Mistura a rouvert mercredi les discussions 
indirectes entre les différents camps du conflit syrien en 
expliquant que la transition politique était le principal enjeu 
de ce nouveau cycle des négociations qui visent à mettre fin à 
cinq ans de guerre.  
    Trois jours après seulement, les négociations semblent plus 
fragiles que jamais, l'intensification des combats près d'Alep 
menaçant de compromettre définitivement un accord de "cessation 
des hostilités" déjà fragile.  
    Deux sources de l'opposition ont déclaré que lors d'une 
réunion vendredi soir avec le Haut Comité des négociations, 
Staffan de Mistura avait évoqué - parmi d'autres - l'idée d'un 
maintien symbolique d'Assad au pouvoir, en échange duquel 
l'opposition désignerait trois vice-présidents auxquels seraient 
transmis les pouvoirs militaires et exécutifs.  
    "Il n'y a eu aucun détail et nous ne prenons pas cela au 
sérieux", a dit un responsable de l'opposition.  
    Les sources de l'opposition ont déclaré que Staffan de 
Mistura n'avait pas présenté cette idée comme une proposition à 
proprement parler. 
    La seule suggestion d'un maintien d'Assad au pouvoir 
pourrait compliquer un peu plus les discussions, déjà tendues, 
avec les deux camps. 
    Un diplomate occidental de haut rang proche des discussions 
a jugé maladroit d'évoquer un maintien d'Assad à un poste 
officiel même symbolique, tout en estimant que l'idée ne 
provenait sans doute pas de de Mistura lui-même. 
    "Si cette histoire continue de se répandre et n'est pas 
démentie rapidement, elle pourrait provoquer de vrais 
problèmes", a dit ce diplomate. "Elle a un effet catastrophique 
à Alep, où les combattants se méfiaient déjà de de Mistura et 
craignent de voir un accord conclu en coulisse." 
     
 
 (John Irish; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 8 mois

    Le jeu de de Mistura est de faire capoter les négociations pour permettre aux islamistes réarmés par les USA de reprendre les combats.