Syrie : malgré les frappes, les jihadistes avancent dans Kobané

le
1
Syrie : malgré les frappes, les jihadistes avancent dans Kobané
Syrie : malgré les frappes, les jihadistes avancent dans Kobané

Kobané, une ville syrienne située près de la frontière turque, risque plus que jamais de tomber aux mains des islamistes radicaux du Daech (autre nom du groupe Etat islamiste, EI). Les combattants jihadistes ont avancé mercredi dans la ville et reçu des renforts en hommes et en équipements.

Neuf frappes aériennes ont été menées par les Etats-Unis et leurs alliés sur le territoire syrien, dont six à proximité de cette cité, dont la prise assurerait au Daech la mainmise sur une large partie du nord du pays. Mais le Pentagone ne croit plus que ces seules frappes «puissent apporter une solution et sauver la ville de Kobané». Lors d'un entretien téléphonique son homologue turc, François Hollande a plaidé pour la création «zone tampon entre la Syrie et la Turquie pour accueillir et protéger les personnes déplacées».

Mardi déjà, les avions de la coalition avaient bombardé à plusieurs reprises les positions tenues par les jihadistes autour et à l'intérieur de la ville dans laquelle ils sont entrés il y a deux jours, trois semaines après le début de leur offensive. Les six frappes au sud de la ville ont permis de détruire mercredi quatre véhicules blindés, un véhicule armé et deux pièces d'artillerie. Par ailleurs, deux frappes de la coalition ont également visé «avec succès» un camp d'entraînement encore en activité, atteignant également des jihadistes qui se trouvaient sur place. Les Emirats arabes unis ont participé à ces opérations aux côtés des Etats-Unis.

Les unités du peuple kudes (YPG) tentent vaille que vaille de défendre la ville rue par rue, bien qu'elles soient moins nombreuses et moins bien armées. A en croire certains observateurs, les raids aériens permettent aux YPG de «repousser les forces de l'EI.»

Par ailleurs, des heurts ont repris mercredi entre militants kurdes et forces de l'ordre à Diyarbakir et Van, dans le sud-est de la Turquie, malgré un couvre-feu imposé au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le mercredi 8 oct 2014 à 20:22

    Génial Hollande: Une zone tampon. On expliquera aux Islamistes que dans la zone tampon on décapite différemment...