Syrie : les renforts kurdes sont arrivés aux portes de Kobané

le
0
Syrie : les renforts kurdes sont arrivés aux portes de Kobané
Syrie : les renforts kurdes sont arrivés aux portes de Kobané

Des dizaines de combattants kurdes irakiens patientaient vendredi du côté turc de la frontière à quelques kilomètres de Kobané, ville kurde syrienne assiégée par les jihadistes. Lourdement armés, ces Peshmergas sont rassemblés à Suruç, à une dizaine de km de la frontière syrienne et sous l'étroite surveillance des forces turques. La presse turque estime qu'ils seraient environ 150 venus aider la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qui défend la ville depuis six semaines face aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Une partie de ces combattants sont arrivés par la route jeudi avant l'aube à Suruç, où ils ont rejoint une première vague arrivée mercredi par avion. Dix d'entre eux ont passé quelques heures à Kobané pour discuter avec les YPG des modalités de l'entrée des hommes et des armes dans la ville, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et l'agence prokurde Firat.

Les jihadistes, qui tentent de s'emparer des quartiers nord de la ville afin de l'isoler en bloquant l'axe qui la relie à la Turquie, ont violemment bombardé ce secteur jeudi.

Des opposants modérés à Assad dans la ville

Le président de la région autonome du Kurdistan irakien Massoud Barzani a expliqué jeudi que les Kurdes de Kobané lui ont dit «ne pas avoir besoin de troupes de combat» mais plutôt «de forces de soutien». Mais, «quand les conditions sur le terrain le requièrent et quand ils (les YPG) réclament plus de renfort, il y aura moyen de leur envoyer plus de peshmergas», a-t-il toutefois ajouté.

Des combattants de l'Armée syrienne libre (ASL), émanation de l'opposition modérée au régime du président syrien Bachar al-Assad, sont eux déjà entrés dans Kobané, mais les sources divergent sur leur nombre. Depuis Istanbul, le chef d'une unité de l'ASL a parlé de «près de 400» hommes. D'autres sources font état de 50 à 150 rebelles syriens la ville, devenue le symbole de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant