Syrie-Les rebelles soutenus par les USA préparent l'attaque de Rakka

le
1
 (Actualisé avec réactions milices YPG §5-7) 
    BEYROUTH, 25 août (Reuters) - Les combattants des Forces 
démocratiques syriennes (FDS) incluant les peshmergas kurdes se 
sont repliés sur la rive orientale de l'Euphrate afin de 
préparer l'offensive contre Rakka, capitale de fait de 
l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie, indique la 
coalition sous commandement américain jeudi. 
    "Les Forces démocratiques syriennes sont passées à l'est de 
l'Euphrate pour préparer une éventuelle libération de Rakka", a 
dit un porte-parole de l'opération Inherent Resolve sur son 
compte Twitter. 
    Les FDS avaient pris position sur la rive occidentale de 
l'Euphrate dans le cadre d'opérations soutenues par les 
Etats-Unis qui avaient abouti à la prise de Manbij. 
    La Turquie a demandé que les combattants kurdes des Unités 
de protection de peuple (YPG), composantes essentielles des FDS, 
se retirent sur la rive orientale du fleuve. 
    Dans un communiqué, la milice YPG a annoncé qu'elle était 
retournée à ses bases territoriales après la libération de 
Manbij sans préciser la localisation de ces dernières. 
    Le commandement militaire et toutes les positions tenues par 
les peshmergas ont été remis au conseil militaire allié de 
Manbij, précise le communiqué ajoutant que le pouvoir civil 
avait été remis à un conseil civil le 15 août. 
    Le vice-président américain Joe Biden, en visite à Ankara, 
avait déclaré mercredi que les combattants kurdes devaient 
retourner sur la rive est de l'Euphrate comme le réclamait la 
Turquie. 
     
         
 
 (Tom Perry; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb il y a 4 mois

    il a ri et a dit: cassez-vous de la zone ouest et allez vous casser les dents sur la zone est.on a dû leur promettre la création d'un nouvel état sur le territoire Irakien. Pas certains que tous seront d'accord dans la région. Pas mieux pour entretenir des conflits.