Syrie : les parents de l'otage Peter Kassig révèlent la lettre de leur fils

le
0
Syrie : les parents de l'otage Peter Kassig révèlent la lettre de leur fils
Syrie : les parents de l'otage Peter Kassig révèlent la lettre de leur fils

Ils sont décidés à agir pour la survie de leur fils. Ed et Paula Kassig, les parents de l'otage américain Peter Kassig retenu depuis un an par des membres de l'organisation de l'Etat islamique (EI), ont décidé de communiquer après que Peter a été menacé par les jihadistes dans une vidéo diffusée vendredi.

Les images montraient la décapitation de l'humanitaire britannique Alan Henning. Or, depuis l'irruption de Daech sur la scène du terrorisme international, aucun otage montré sur l'une de ces vidéos de propagande n'a pu être secouru vivant. 

Professeur pour lui, infirmière pour elle, Ed et Paula Kassig parlent désormais au grand jour après avoir tu publiquement la disparition de leur fils. Après une vidéo très sobre, diffusée samedi, dans laquelle ils appellent les ravisseurs à faire preuve de clémence, ils évoquent désormais la lettre que leur fils leur a fait parvenir fin juin. Ils veulent mettre en avant la conversion à l'Islam de leur fils et son parcours pour le sauver. 

Dans cette missive, Peter leur dit qu'il est «effrayé de mourir» et parle de sa foi. Âgé de 26 ans, Peter Kassig, ancien combattant en Irak, avait, selon ses parents, fait le ramadan en juillet-août 2013 avant son enlèvement. Selon ses parents, le jeune homme s'est ensuite volontairement converti entre octobre et décembre 2013, au moment où il partageait une cellule avec un croyant musulman syrien.

Peter Kassig a également pris le nom musulman d'Abdul-Rahman, et il respecte les pratiques de la religion musulmane, comme les cinq prières quotidiennes.

Les parents de l'otage n'ont pas précisé comment la lettre de leur fils leur était parvenue, mais ils sont certains que chacun de mots a été écrit par lui. Ils ont souhaité la publier dans l'intention de raconter «plus en profondeur» son parcours.  «J'ai évidemment peur de mourir mais le plus dur est de ne pas savoir, de se poser des questions, d'espérer et de se demander si je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant