Syrie : les Occidentaux attendent le retour des inspecteurs de l'ONU

le
0
Les dirigeants, soumis à de fortes pressions, insistent sur une solution politique, laissant planer le doute sur leur détermination à lancer des frappes militaires contre le régime de Bachar el-Assad.

Les puissances occidentales ont changé de ton. Jeudi, l'opération militaire contre la Syrie a paru s'éloigner. À Paris, la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé que la riposte était «compliquée à construire».François Hollande, encore en pointe mardi dans sa volonté de «punir» la Syrie, a plaidé de son côté pour une «solution politique» au conflit. Le président français s'exprimait, jeudi, à l'issue d'un entretien de moins d'une heure avec Ahmed Jarba, le président de la Coalition nationale syrienne (CNS), principale représentante de l'opposition civile.

L'ambassadeur de la CNS en France, Monzer Makhous, présent à l'entretien, s'est dit persuadé que la France allait combiner «la livraison d'armes à l'opposition et des frappe...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant