Syrie-Les Kurdes de Kobani jurent de se battre jusqu'au dernier

le
0

MURSITPINAR, Turquie, 6 octobre (Reuters) - Les combattants kurdes de Kobani ont promis lundi de se battre jusqu'au dernier pour empêcher la ville à la frontière syro-turque de tomber entre les mains des djihadistes sunnites de l'Etat islamique (EI) qui les pilonnent à l'arme lourde. Après plus de deux semaines de siège et malgré les frappes aériennes menées par les Etats-Unis et leurs alliés arabes, la situation des Kurdes apparaît de plus en plus désespérée, faute d'armes et de munitions suffisantes. Malgré les obus de mortier qui s'abattent sur la ville depuis plusieurs jours, malgré la terreur que veulent faire régner les djihadistes en décapitant, massacrant et torturant leurs ennemis, un journaliste de Reuters a vu une trentaine de combattants kurdes franchir la frontière lundi pour rejoindre Kobani. "S'ils entrent dans la ville, ce sera un cimetière pour eux et pour nous. Nous ne les laisserons pas entrer dans Kobani tant que nous serons en vie", assure Esmat al Cheikh, le chef de l'Autorité de défense de Kobani, interrogé par téléphone. "Nous gagnerons cette bataille ou nous mourrons. Nous résisterons jusqu'au dernier." Les combats se sont concentrés ce week-end autour de la colline de Mistanour, une hauteur stratégique située au sud-ouest de la ville, dont l'EI a revendiqué la prise dimanche mais où des combats ont toujours lieu, selon les miliciens du Parti de l'union démocratique (PUD), principale formation kurde de Syrie. "Le PUD appelle les forces étrangères à nous fournir des munitions car (l'EI) utilise des armes lourdes, des chars et des mortiers", dit Pawer Mohamed Ali, un traducteur du parti kurde. Dimanche, une combattante kurde a préféré se faire exploser plutôt que de se laisser capturer par les djihadistes après être tombée à court de munitions, ont rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme et des sources locales. (Daren Butler; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant