Syrie : les Kurdes coupent un accès vital aux jihadistes de l'EI

le
0
Syrie : les Kurdes coupent un accès vital aux jihadistes de l'EI
Syrie : les Kurdes coupent un accès vital aux jihadistes de l'EI

Les forces kurdes syriennes se sont emparées ce lundi de la ville de Tall Abyad, point de transit entre la Syrie et la Turquie vital pour les jihadistes de l'Etat islamique (EI), dont le fief de Raqa est ainsi menacé d'asphyxie. Il s'agit d'un coup dur pour l'organisation extrémiste qui y faisait transiter armes et combattants vers les territoires qu'elle contrôle en Syrie.

Lundi soir, les forces kurdes contrôlaient «la quasi-totalité de la ville» de Tall Abyad, où seuls quelques combattants de l'EI constituaient de «petites poches de résistance», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). En début de journée, les YPG, appuyées par des groupes rebelles et les frappes aériennes de la coalition dirigée par les Etats-Unis, étaient parvenues à couper la route reliant Tall Abyad à Raqa.

Raqa, situé à 86 km au sud de Tall Abyad, est le principal bastion de l'EI en Syrie, pays ravagé par un conflit complexe où régime, rebelles, kurdes et jihadistes tentent de s'arroger des pans de territoire. Tall Abyad était «stratégique (pour l'EI) car c'est une ville frontalière où peuvent transiter l'équipement, les recrues et autres» destinés à Raqa, a souligné Charlie Winter, spécialiste du jihadisme à la Fondation Quilliam à Londres.

«Une plateforme financière et logistique»

Pour le groupe extrémiste sunnite, elle représentait «une plateforme financière et logistique», un «passage vital», selon Mutlu Civiroglu, expert des affaires kurdes. «Une fois perdue, ce sera très compliqué pour l'EI de faire passer ses combattants, de vendre son pétrole et autres marchandises qu'il trafique», a-t-il ajouté.

La bataille de Tall Abyad a entraîné un nouveau drame humanitaire, avec la fuite de près de 20 000 personnes vers la Turquie toute proche. Après leur avoir interdit pendant plusieurs jours l'entrée sur son territoire, Ankara a rouvert sa frontière dimanche soir et de nouveau lundi à la mi-journée, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant