Syrie : les jihadistes resserrent leur étau sur Kobané

le
0
Syrie : les jihadistes resserrent leur étau sur Kobané
Syrie : les jihadistes resserrent leur étau sur Kobané

Pour l'heure, Kobané n'est pas tombée. Mais pour combien de temps encore? La coalition internationale menée par les Etats-Unis a procédé jeudi à deux nouvelles frappes aériennes contre une cible des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), située au sud-ouest de la ville. Des frappes qui ne permettent pas d'inverser le rapport de force nettement favorable aux jihadistes.  

Car l'EI occupait jeudi plus d'un tiers de Kobané, la ville kurde syrienne proche de la frontière avec la Turquie, après s'être emparé du siège des forces de sécurité kurdes, selon une ONG syrienne. «Malgré une résistance acharnée des forces kurdes, l'EI a avancé durant la nuit», a affirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Mercredi soir, déjà, l'EI avait pris trois nouveaux quartiers dans l'est de Kobané -où ses hommes étaient rentrés avec des chars et des armes lourdes-, et avait obligé les combattants kurdes à se retrancher dans le centre de la ville.

Les frappes aériennes de la coalition américano-arabe censées repousser les hommes de Daesh (autre non du groupe Etat islamique) sont, de l'aveu-même du Pentagone, insuffisantes pour remédier à leur inexorable avancée et sauver la ville. 

Certes, les frappes aériennes de mercredi ont détruit quelques véhicules, un dépôt d'équipements, un camp de commandement et quelques baraquements. Mais les jihadistes, eux, ont reçu des renforts en hommes et en équipements, venus de la province de Raqa, dans le nord-est de la Syrie, contrôlée par l'EI.

frappe américaine sur kobane pic.twitter.com/UeRpKRcM6N-- philippe randé (@philippe_rande) October 7, 2014

Les frappes aériennes «ne vont pas apporter une solution et sauver la ville de Kobané», a averti mercredi le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Il prévient : « Il faudrait des troupes compétentes, des rebelles syriens ou des forces gouvernementales irakiennes, pour parvenir à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant