Syrie : les jihadistes de l'EI aux portes de l'antique Palmyre

le
1
Syrie : les jihadistes de l'EI aux portes de l'antique Palmyre
Syrie : les jihadistes de l'EI aux portes de l'antique Palmyre

L'antique Palmyre, en Syrie, serait en danger. Les combattants du groupe Etat islamique (EI) semblent avancer jeudi vers ce joyau inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité. Et le monde craint qu'il connaisse le même sort que les sites archéologiques en Irak voisin détruits par ces jihadistes. La directrice-générale de l'Unesco Irina Bokova a appelé les parties en conflit en Syrie à «protéger Palmyre et à tout mettre en œuvre pour empêcher sa destruction. Il faut sauver Palmyre».

«Palmyre est menacée, a affirmé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La bataille se déroule à 2 km à l'est de la ville après la prise par l'EI de tous les postes de l'armée entre Al-Soukhna et Palmyre» distantes de quelque 80 km. Dans les villages où l'armée s'était retirée à la lisière de Palmyre, les jihadistes de l'EI ont exécuté 26 civils, dont 10 par décapitation, «pour collaboration avec le régime». Une nouvelle atrocité commise par ce groupe ultraradical sunnite, a ajouté l'OSDH.

Alarmé, le directeur des Antiquités et des musées syriens, Maamoun Abdelkarim, a appelé la communauté internationale à se mobiliser pour empêcher une éventuelle destruction de Palmyre. «Si l'EI entre à Palmyre, ce sera sa destruction, une catastrophe internationale (...)». «Ce sera la répétition de la barbarie et de la sauvagerie qui s'est produite à Nimroud, Hadra et à Mossoul», a-t-il averti, faisant référence à des sites antiques visés par l'EI dans le nord de l'Irak.

La ville avait été reprise aux rebelles en septembre 2013

La valeur historique de cette oasis située dans le désert, à environ 240 km au nord-est de Damas, est inestimable car elle abrite les ruines monumentales d'une grande cité qui fut l'un des plus importants foyers culturels du monde antique. Son architecture unit les techniques gréco-romaines aux traditions locales et aux influences de la Perse, selon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le vendredi 15 mai 2015 à 09:44

    Bientot Assad va demander de l'aide, je l'ai déjà écrit hier et j'ai eu tout bon puisqu'ils en parlaient à demi mot hier à la télé. Inutile de faire sauter mes posts, j'en sait autant que vous, si ce n'est plus, uniquement on faisant fonctionner mes neuronnes.