Syrie-Les "canons de l'enfer" rebelles ont tué 300 civils-OSDH

le
0

BEYROUTH, 12 décembre (Reuters) - Des mortiers artisanaux propulsant des bonbonnes de gaz remplies d'explosifs, utilisés par les rebelles syriens, ont provoqué la mort de 311 civils entre juillet et décembre, rapporte vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les deux-tiers des morts provoquées par ces armes très imprécises sont intervenues à Alep, la grande ville du nord de la Syrie, théâtre ces derniers mois de violents combats entre rebelles et forces gouvernementales, qui larguent de leur côté par hélicoptère des barils d'explosifs sur les zones insurgées. Selon l'OSDH, basé à Londres, ces mortiers surnommés "canons de l'enfer" ont tué 42 enfants et 25 femmes dans les quartiers d'Alep favorables à Bachar al Assad. Plus de 700 personnes ont également été blessées pendant les six derniers mois. L'agence de presse officielle syrienne SANA a évoqué jeudi l'utilisation de telles armes à Deraa, dans le sud du pays, où plusieurs civils ont selon elle été blessés. (Oliver Holmes; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant