Syrie : le vice-Premier ministre limogé

le
0
Syrie : le vice-Premier ministre limogé
Syrie : le vice-Premier ministre limogé

Qadri Jamil avec Bachar al-Assad, c'est fini. Le vice-Premier ministre syrien a été démis de ses fonctions en raison de son bilan et de son manque de coordination avec le reste du gouvernement, selon les médias officiels à Damas. La raison ? Il s'est rendu récemment à Genève où il a rencontré des responsables américains, sans avertir le président ni ses collègues du gouvernement qui ont appris ces rencontres par des sources américaines en Suisse.

Ancien opposant rallié au régime, Qadri Jamil aurait eu une rencontre samedi avec l'ambassadeur américain Robert Ford chargé du dossier syrien au sujet de la réunion Genève-2, prévue en octobre et reportée à novembre. Il était également à Moscou jeudi dernier où il avait eu un entretien avec le chef de la diplomatie russe sur le même sujet. Mais la nouvelle n'a pas plu au régime d'al-Assad. Selon une source politique syrienne, Jamil aurait demandé à l'ambassadeur américain à faire partie de la délégation de l'opposition à Genève-2, ce que Robert Ford a refusé, faisant valoir qu'il était difficile d'être à la fois au gouvernement et dans l'opposition.

«La Syrie participera à Genève-2 sur la base du droit exclusif du peuple syrien à décider de son avenir politique, à choisir ses dirigeants et sur le refus de toute forme d'intervention extérieure», a déclaré mardi le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, rejetant les appels à un départ du président Bachar al-Assad dans le cadre d'une solution politique lors de la conférence de paix Genève-2.

Limogé pour n'avoir pas consulté le gouvernement

«Jamil a été limogé parce qu'il a quitté le lieu de son travail sans autorisation préalable et qu'il a manqué à ses devoirs (...) en outre, il s'est lancé dans des initiatives à l'extérieur du pays sans coordination avec le gouvernement», rapporte la télévision d'Etat syrienne citant un communiqué officiel. En septembre dernier, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant