Syrie : le splendide isolement de François Hollande

le
1
Le président français a semblé être lâché par ses alliés européens en arrivant au G20 en Russie

La mission s'annonce difficile. Si ce n'est impossible. Au sommet du G20 de Saint-Pétersbourg, François Hollande ne s'est fixé qu'un seul objectif: rallier «la coalition la plus large possible» de pays en faveur d'une intervention punitive en Syrie, aux côtés des Américains. «Nous comptons sur le soutien des Européens et des pays arabes», assurait l'entourage du chef de l'État. Peine perdue. François Hollande avait à peine posé le pied sur le tarmac de l'aéroport de Saint-Pétersbourg qu'il était déjà lâché par ses plus proches alliés, les Européens.

Membre du G20, représentant les 28 États membres de l'UE, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, flanqué du président de la Commission José Manuel Barroso a clairement rejeté l'usage de la force en Syrie. «Il n'y a pas de solution militaire au conflit en Syrie» a-t-il déclaré à Saint-Pétersbourg, «se...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le vendredi 6 sept 2013 à 19:52

    Avant de la ramener et de dire des co.nneries on tourne sept fois la langue dans sa bouche. hollande-demission.fr