Syrie : le rapport de l'ONU pourrait renforcer la pression sur Assad

le
1
Syrie : le rapport de l'ONU pourrait renforcer la pression sur Assad
Syrie : le rapport de l'ONU pourrait renforcer la pression sur Assad

Ce lundi, le rapport des inspecteurs de l'ONU sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie sera rendu public. Le secrétaire général des Nations unies a affirmé vendredi que le document allait «conclure de manière accablante» sur leur usage dans l'attaque du 21 août dans la banlieue de Damas. Le rapport ne peut attribuer directement la responsabilité au régime syrien. Mais des diplomates affirment que les détails qui y sont compilés vont clairement identifier les responsables et que les soutiens du président Assad vont devoir apporter la preuve de leur innocence. Ce qui devrait renforcer la pression sur le régime.

L'accord conclu samedi à Genève entre les Etats-Unis et la Russie sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien ouvre la voie à d'intenses tractations diplomatiques. Il donne une semaine au régime de Bachar al-Assad pour présenter une liste de ses armes chimiques et fixe comme objectif leur élimination d'ici à la mi-2014. Il doit aussi déboucher sur une résolution des Nations unies n'excluant pas un recours possible à la force contre le régime de Bachar al-Assad. Une résolution qui pourrait être votée «d'ici à la fin de la semaine prochaine», selon François Hollande. Ce recours à la force reste encore entouré d'ambiguïtés et demeure au centre des discussions.

Hollande reçoit aujourd'hui Hague et Kerry à Paris

Ce lundi à Paris, les chefs de la diplomatie américaine et britannique seront reçus par François Hollande qui a estimé dimanche soir sur TF1 que l'accord est «une étape importante mais ce n'est pas le point d'arrivée» qu'il «faut prévoir la possibilité de sanctions en cas de non-application». «Et là, a tenu par ailleurs à souligner le président français, comme nous n'avons pas engagé cette force, nous l'avons utilisée dans sa menace même pour arriver à la solution que les Français souhaitaient, que le monde souhaitait, c'est-à-dire une solution diplomatique.» Du moins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le dimanche 15 sept 2013 à 23:08

    Arrêtes ton char hollandais