Syrie : le quai d'Orsay prêt à jouer l'ouverture

le
0
Pour sortir de la sanglante crise syrienne, Paris semble pencher pour une démarche constructive qui prenne en compte les positions de Moscou.

«Le dialogue avec la Russie est indispensable. Soit on adopte une approche conflictuelle qui mène au veto, soit on a une démarche constructive, à l'écoute des positions de Moscou, qui peut mener à une action convergente en Syrie.» Un diplomate français résume ainsi les options au moment où se profile peut-être une nouvelle phase de la sanglante crise syrienne. Le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valéro, n'a pas commenté mercredi le projet prêté à Kofi Annan de proposer, jeudi à l'ONU, la tenue à terme d'une conférence ad hoc incluant notamment la Russie, la Chine, voire l'Iran, pour tenter de favoriser une transition politique à Damas. Un projet qui, assure-t-on, n'est pas antinomique avec le «groupe des amis de la Syrie», plus restreint, qui doit se réunir début juillet à Paris. Certes, recevant Vladimir Poutine, vendredi, François Hollande a bien rappelé ses lignes rouges, notamment la «nécessité» du départ de Bachar el-Assad. Des deux côtés, o

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant