Syrie : le puzzle de Genève se met en place

le
0

Les opposants de la Coalition nationale ont accepté d'aller négocier avec Damas, mais d'autres groupes rebelles salafistes s'y refusent.

Le puzzle de Genève se met en place. Après les concessions arrachées par la Russie auprès de son allié syrien sur l'aide humanitaire et un cessez-le-feu dans le nord du pays, le principal groupe des opposants à Bachar el-Assad, la Coalition nationale syrienne (CNS), a finalement accepté de participer à la conférence de paix, qui doit démarrer mercredi à Montreux et se prolonger à partir de vendredi à Genève sous le double parrainage de Moscou et de Washington. Il aura fallu des semaines de pressions exercées par ses parrains occidentaux et arabes pour que la CNS dise oui. Mais un oui qui n'a pas convaincu ses 120 membres. Seuls 80 d'entre eux ont pris part au vote, les 40 autres jugeant «illégitime» cette décision, samedi à Istanbul.

Alors que le régime de Damas a bouclé sa délégation de neuf membres, l'enjeu n'est plu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant