Syrie : le principal axe de ravitaillement de l'EI vers la Turquie coupé

le
0
Syrie : le principal axe de ravitaillement de l'EI vers la Turquie coupé
Syrie : le principal axe de ravitaillement de l'EI vers la Turquie coupé

Le principal axe de ravitaillement du groupe État islamique (EI) entre la Syrie et la frontière turque est désormais coupé. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la ville de Minjeb (ou Manjib, à 80 km d'Alep), aux mains des djihadistes depuis janvier 2014, a été totalement encerclée ce vendredi.

 

« La dernière route reliant Minbej à la frontière turque a été coupée vendredi matin par les Forces démocratiques syriennes (FDS) », une coalition arabo-kurde soutenue par Washington et conseillée par des forces spéciales françaises, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

 

La bataille de Minjeb a commencé le 31 mai. Jeudi, les FDS disaient tenir trois côtés de la ville, l'est, le nord et le sud.

 

Minbej était un carrefour clé sur le principal axe de ravitaillement de l'EI entre la Turquie et son fief de Raqa (nord). Au cours des derniers jours, cette alliance arabo-kurde, les membres des FDS avaient réussi à couper la route reliant Minbej à l'autre point de passage de Jarablos, plus au nord, par lequel transitaient notamment les hommes, les armes et l'argent de l'EI. Elle a de même coupé la route entre Minbej et Raqa, plus à l'est. « Les FDS ont coupé ce matin la dernière route reliant Minbej au point de passage frontalier al-Raï, du côté nord-ouest », a-t-il précisé.

 

Vendredi 9 juin, dans les abords de Minjeb, une femme enlève le niqab qui lui masquait le visage.

(Reuters/Rodi Said.)

 

 

A LIRE. En Syrie, la guerre dans toute son horreur

 

L'organisation djihadiste contrôle encore une bande frontalière et des routes secondaires vers la Turquie mais celles-ci sont plus dangereuses et difficiles d'accès. « Pour que les djihadistes parviennent de Raqa à la frontière turque, ils doivent passer désormais par une route plus dangereuse pour eux en raison de la proximité des troupes du régime syrien et des bombardements ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant