Syrie-Le porte-parole du Front al Nosra tué dans un raid aérien

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    AMMAN, 4 avril (Reuters) - Le porte-parole du Front al 
Nosra, le plus puissant mouvement islamiste syrien, et une 
vingtaine d'autres combattants ont été tués dans un raid aérien 
dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, 
rapporte dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH). 
    Outre Abou Firas, "le Syrien", plusieurs djihadistes 
étrangers sont au nombre des victimes du bombardement sur un 
village situé au nord-ouest de la ville d'Idlib, précise l'OSDH. 
    Selon cette organisation, proche de l'opposition, ce raid a 
sans doute été mené par l'aviation syrienne ou russe. 
    Deux sources proches des combattants djihadistes ont affirmé 
pour leur part que l'opération présentait toutes les 
caractéristiques d'une attaque de drone de l'armée américaine. 
    Un responsable de la sécurité américaine a déclaré que les 
Etats-Unis étaient au courant de l'élimination d'Abou Firas mais 
qu'il n'avait aucune information à donner dans l'immédiat. 
    Une autre source américaine a dit ne pas pouvoir écarter 
l'hypothèse d'un raid syrien. 
    La coalition menée par les Etats-Unis a déjà pris pour cible 
des dirigeants du Front al Nosra en Syrie par le passé. 
    Comme l'organisation djihadiste rivale Etat islamique (EI), 
le Front al Nosra, affilié à Al Qaïda, n'est pas concerné par 
l'accord de cessez-le-feu négocié par la Russie et les 
Etats-Unis, entré en vigueur le mois dernier entre le 
gouvernement de Bachar al Assad et certains groupes rebelles. 
    Le fils d'Abou Firas et des combattants ouzbeks ont 
également été tués dans le raid qui visait en outre le groupe 
djihahiste Jund al Aksa (les "soldats d'al Aksa"), selon l'OSDH. 
    Selon des sources proches de l'opposition islamiste, Abou 
Firas, un ancien militaire de l'armée syrienne, a combattu dans 
les années 1980 en Afghanistan où il a côtoyé Oussama ben Laden. 
Il était connu pour son opposition frontale à l'EI. 
     
 
 (Suleiman Al-Khalidi, avec Mark Hosenball à Washington; Tangi 
Salaün et Patrick Vignal pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant