Syrie : le plus grand hôpital d'Alep-Est de nouveau frappé par des barils d'explosifs

le , mis à jour à 14:10
0
Syrie : le plus grand hôpital d'Alep-Est de nouveau frappé par des barils d'explosifs
Syrie : le plus grand hôpital d'Alep-Est de nouveau frappé par des barils d'explosifs

Le plus grand hôpital des quartiers rebelles d'Alep a été ce samedi la cible d'au moins deux barils d'explosifs, selon la Syrian American Medical Society (SAMS), une ONG basée aux Etats-Unis qui gère cet hôpital. Selon un membre de la SAMS, une bombe à fragmentation aurait aussi pu être larguée. Mercredi, la SAMS avait déjà dénoncé le bombardement de l'hôpital M10 et d'un autre centre médical de la ville, causant la mort de deux personnes. Si l'information d'un nouveau pilonnage se confirme, Damas et Moscou auront du mal à dire que les opérations ne visent que les rebelles, alors que la communauté internationale et l'ONU ont mis en garde le Kremlin contre des opérations militaires qui pourraient s'apparenter à des crimes de guerre.

 

Le siège d'Alep, entamé le 22 septembre par les forces syriennes régulières avec l'aide de la Russie, semble se durcir encore. Des tirs d'artillerie lourde ont frappé durant toute la nuit de vendredi à samedi Alep-Est. Toute la nuit, le correspondant de l'AFP a entendu le bruit des combats et des bombardements dans le quartier de Souleimane al-Halabi, dans le centre-ville, et dans celui de Boustane al-Bacha, juste au nord.

 

Souleimane al-Halabi est situé sur la ligne de démarcation qui divise depuis 2012 la partie gouvernementale (ouest) d'Alep et le secteur rebelle (est), où vivent environ 250 000 personnes.

 

Un hôpital de campagne dans le quartier rebelle de Sakhour aurait aussi été visé par des bombes, faisant au moins une victime. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a par ailleurs fait part de raids aériens samedi sur des secteurs de la partie rebelle d'Alep mais n'a pas pu immédiatement communiquer un bilan des victimes. Les raids d'hier dans les quartiers rebelles ont, selon l'OSDH, tué vingt civils dont six enfants. Les médias officiels syriens avaient pour leur part indiqué vendredi que 15 civils avaient été tués par des roquettes lancées par des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant