Syrie, le photographe de l'horreur

le
3
César, ici de dos avec la veste bleue, est sorti de Syrie en ramenant avec lui des clichés de l'horreur du régime Assad.
César, ici de dos avec la veste bleue, est sorti de Syrie en ramenant avec lui des clichés de l'horreur du régime Assad.

Ce sont des corps émaciés, brûlés, martyrisés, violés. Il y a 45 000 photos. Il y a des enfants. Des vieillards. Des jeunes femmes. Beaucoup d'hommes de 20 ans, 30 ans. Ils portent un numéro sur la peau, tracé au gros marqueur noir. Ces clichés, c'est « César » (un nom d'emprunt) qui les a collectés, un à un, pendant plus de deux ans. Longtemps, il a été photographe pour la police syrienne. Il prenait des photos d'accidents de voiture, des photos de victimes. Son travail constituait des pièces à conviction pour des procès futurs. Il travaillait main dans la main avec les médecins légistes et les juges.

À partir de 2011 et des premières manifestations anti-Bachar el-Assad, les supérieurs de César ont confié une nouvelle mission à ce « photographe » : documenter l'horreur. Il fallait garder la trace de ceux qui mourraient entre les mains, les câbles, les sécateurs de la police et qui, pour beaucoup, ont été enterrés dans des fosses communes. Pourquoi ? On ne le saura jamais vraiment. Pour respecter la procédure ? Pour transmettre les photos aux généraux et prouver que le travail était bien fait ? Ou tout simplement pour montrer aux familles ce qui avait été fait de leurs enfants qui avaient osé descendre dans la rue ?  Peu importe. L'État syrien est bien organisé. Il fallait constituer des rapports. Et c'est César, modeste photographe de police, qui s'en est chargé.

Dès le début du « printemps...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le samedi 3 oct 2015 à 14:28

    que les médias se rappellent de Timochéara

  • delapor4 le samedi 3 oct 2015 à 13:15

    Le problème avec les photos, comme toujours, c'est la légende. Quand les ignobles terroristes d'Al-Nosra cornaqués par la CIA commettent leurs exactions, ils prennent des photos et les envoient aux agences de presse occidentales en disant : voyez ce que fait Assad ! Ce vilain jeu dure depuis 2011 et nous sommes complices de ces massacres commandités.

  • nanard83 le samedi 3 oct 2015 à 12:51

    IL me semble que tout, cela semble " fabriqué " Bachar est le seuls qui reste à lutter contre les islamistes , que les occidentaux n'ont pas réussi à éliminer