Syrie : le désarmement voté à l'ONU, mais pas de sanctions automatiques

le
0
Syrie : le désarmement voté à l'ONU, mais pas de sanctions automatiques
Syrie : le désarmement voté à l'ONU, mais pas de sanctions automatiques

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi soir à New York, à l'unanimité, une résolution encadrant la destruction de l'arsenal chimique syrien du régime de Bachar al-Assad. Ce vote constitue une percée diplomatique majeure : il s'agit de la première résolution adoptée par le Conseil depuis le début du conflit syrien. A trois reprises par le passé, Moscou et Pékin avaient opposé leur veto à des projets de texte. La révolte contre le régime Assad, qui a débuté en mars 2011 et s'est transformée au fil des mois en guerre civile, a fait plus de 100.000 morts.

«Ce soir, la communauté internationale a rempli sa mission», a commenté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, à l'issue du vote de ce texte à l'unanimité. «Le Conseil de sécurité mérite enfin son nom», a salué de son côté le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius. Quant au président américain Barack Obama, il a qualifié vendredi «d'énorme victoire pour la communauté internationale» l'accord sur cette résolution, obtenu jeudi à l'issue d'âpres négociations entre Washington et Moscou, fidèle allié de Damas.

[PHOTO] Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU adoptent à l'unanimité la résolution 2118 sur la #Syrie. pic.twitter.com/nSZkb4zRsf? La France à l'ONU (@franceonu) September 28, 2013

Des sanctions... mais pas automatiques. La résolution de l'ONU prévoit la possibilité pour le Conseil de sécurité de prononcer des sanctions si le plan de désarmement n'est pas respecté. Cependant, il ne s'agit pas de sanctions automatiques. En cas de violation des engagements, il faudrait une deuxième résolution, ce qui laisse à Moscou, allié de Damas, une possibilité de blocage. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a toutefois souligné qu'il y aurait des «conséquences» pour le pouvoir syrien s'il ne respectait ses engagements.

Une nouvelle conférence de paix ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant