Syrie : la Turquie tire sur des combattants kurdes après avoir délogé Daech

le
0
Syrie : la Turquie tire sur des combattants kurdes après avoir délogé Daech
Syrie : la Turquie tire sur des combattants kurdes après avoir délogé Daech

Pour la première fois mercredi, l'armée turque a pénétré en territoire syrien, soutenue par les forces aériennes de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Son ambition était de chasser Daech de la ville frontalière de Djarabulus (Jarablos, selon une autre orthographe) mais aussi de stopper les forces kurdes syriennes du Parti de l'union démocratique (PYD), proche du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) autonomiste et considéré par Ankara comme une organisation terroriste au même titre que l'Etat islamique.

 

Djarabulus libérée, les forces turques ont ouvert le feu jeudi vers 17 heures (18 heures à Paris) sur les combattants du PYD, dans le nord de la Syrie. Les services de renseignements d'Ankara ont vu leur progression sur le terrain en dépit d'une promesse des Etats-Unis selon laquelle ils allaient reculer, a expliqué l'agence Anadolu. Selon elle, le PYD aurait repris sept villages depuis mercredi, à la faveur du retrait de Daech.

 

Le quotidien «Hurriyet» a indiqué que des drones turcs avaient détecté les éléments du PYD à 10 km au nord de la ville de Manbej. Les obusiers turcs sont ensuite entrés en action depuis la Turquie, «éliminant» le groupe de combattants.

 

Le soutien américain

 

Le vice-président américain Joe Biden, qui s'est entretenu avec les dirigeants turcs mercredi à Ankara, avait mis en garde les Kurdes de ne pas franchir l'Euphrate, comme le réclamait la Turquie.

 

Jeudi, à Stockholm, Joe Biden a assuré que «les Turcs (étaient) prêts à rester aussi longtemps qu'il le faudra (en Syrie) dans l'objectif de neutraliser Daech», saluant «le changement graduel de mentalité» d'Ankara à l'égard des terroristes. Le gouvernement turc a été longtemps accusé de complaisance à l'égard des djihadistes du groupe autoproclamé Etat islamique.

 

Pour Didier Billion, directeur adjoint de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et expert de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant