Syrie-La Turquie reconnaît une "solide résistance" de l'EI

le
0
 (Précisions sur le bilan, commentaires d'un chef rebelle) 
    ISTANBUL, 12 octobre (Reuters) - Les combattants de 
l'organisation Etat islamique (EI) opposent une "solide 
résistance" aux rebelles soutenus par la Turquie dans le nord de 
la Syrie, a dit mercredi l'armée turque sept semaines après le 
déclenchement de l'offensive "Bouclier de l'Euphrate". 
    Soutenus par des blindés et par l'aviation turque, ces 
rebelles tentent de s'emparer du village de Dabik, place forte 
symbolique tenue par les djihadistes qu'ils considèrent comme le 
lieu où devra se dérouler la bataille finale entre les musulmans 
et ceux qu'ils qualifient d'infidèles. 
    Lors de son point quotidien sur l'opération "Bouclier de 
l'Euphrate", qui en est à son 50e jour, l'armée turque a déclaré 
que les combats et les frappes aériennes des dernières 24 heures 
avaient fait 47 morts dans les rangs de l'EI. 
    "Compte tenu de la solide résistance du groupe terroriste 
Daech, aucun progrès n'a pu être accompli lors d'une offensive 
lancée pour reprendre quatre positions", a ajouté l'état-major. 
    L'objectif de l'opération était de s'emparer d'installations 
à l'est des localités d'Azaz as Kafrah, Sourane, Ihtimalat et 
Douvaïbik. 
    L'offensive "Bouclier de l'Euphrate", lancée fin août, a 
tout de même permis de chasser l'EI de la zone bordant la 
frontière de la Turquie et les rebelles syriens ont réussi à 
reprendre environ 1.100 kilomètres carrés de terrain aux 
djihadistes, a ajouté l'armée. 
    Celle-ci dit avoir "neutralisé" 19 djihadistes au cours des 
derniers affrontements, ajoutant qu'elle n'a enregistré aucune 
victime dans ses rangs mais que huit rebelles ont été tués et 22 
autres blessés. Les frappes de la coalition sous commandement 
américain ont quant à elle tué 28 combattants de l'EI.  
    Un commandant rebelle syrien a déclaré à Reuters que ses 
forces se trouvaient à environ 4 km de Dabik. La capture de 
cette localité et de celle voisine de Souran marquerait selon 
lui la fin de la présence de l'EI dans la campagne au nord 
d'Alep.          
    Le lancement d'un assaut majeur contre la ville d'Al Bab, 
contrôlée par l'EI au sud-est de Dabik, dépendra du rythme 
auquel les rebelles s'empareront de la zone d'environ 35 km 
située entre les deux localités, a-t-il ajouté. 
    Al Bab constitue également un objectif stratégique pour les 
milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple) qui, comme 
les rebelles soutenus par Ankara, combattent l'EI dans la région 
mais représentent une force hostile aux yeux de la Turquie. 
 
 (Daren Butler, avec Tom Perry à Beyrouth; Pierre Sérisier et 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant