Syrie : la Turquie continue de bombarder les Kurdes

le , mis à jour à 13:34
0
Syrie : la Turquie continue de bombarder les Kurdes
Syrie : la Turquie continue de bombarder les Kurdes

Les appels internationaux à cesser les tirs n'ont aucun effet sur Ankara. Tout au long du week-end, la Turquie a bombardé des positions kurdes en Syrie, et elle a annoncé qu'elle comptait continuer.

L'artillerie turque a bombardé depuis la frontière des positions des Unités de protection du peuple (YPG), les milices du Parti de l'union démocratique (PYD), en représailles selon Ankara à des tirs venus de Syrie. Des positions kurdes aux alentours de la ville d'Azaz, dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, ont été visées.

«La Turquie ne laissera pas la ville syrienne d'Azaz tomber aux mains des Kurdes», a martelé lundi matin le Premier ministre Ahmet Davutoglu. «Le YPG  ne sera pas autorisé à avancer vers l'ouest du (fleuve) l'Euphrate et à l'est (du canton) d'Afrin», a-t-il ajouté devant des journalistes. La veille, il avait expliqué à la chancelière allemande Angela Merkel dans un entretien téléphonique que «la Turquie ne permettra pas au PYD de mener des actions agressives. Nos forces de sécurité ont répondu de manière adéquate et continueront à le faire». Le président turc Recep Tayyip Erdogan considère le PYD et ses milices, les YPG, comme des organisations «terroristes» associées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis 1984 une rébellion meurtrière en territoire turc. Ankara redoute que les Kurdes syriens qui contrôlent déjà une grande partie du nord de la Syrie n'étendent leur influence à la quasi-totalité de la zone frontalière.

Ankara accuse Moscou de se comporter «comme une organisation terroriste, forçant la population civile à fuir». Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a menacé, «si la Russie continue, nous lui opposerons une riposte extrêmement résolue» a-t-il lancé lors d'une conférence de presse.

«C'est une menace pour la paix», dénonce la Russie. Moscou a exprimé lundi dans un communiqué de son ministre des Affaires étrangères « sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant