Syrie : la Turquie bombarde des zones kurdes, Washington proteste

le , mis à jour à 23:58
0
Syrie : la Turquie bombarde des zones kurdes, Washington proteste
Syrie : la Turquie bombarde des zones kurdes, Washington proteste

L'armée turque a bombardé ce samedi des secteurs contrôlés par les forces kurdes dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, rapportent l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et une source kurde. Les Turcs redoutent qu'un soutien étranger permette aux Kurdes syriens, qui occupent déjà une grande partie du nord de la Syrie, d'étendre encore leur influence et de contrôler ainsi la quasi-totalité de la zone frontalière avec la Turquie.

Les YPG soutenues par l'aviation russe

Selon le directeur de l'ONG OSDH, Rami Abdel Rahmane, l'artillerie turque a bombardé des secteurs que les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont récemment repris à des rebelles islamistes dans la province d'Alep, notamment le secteur de Minnigh. Une source au sein des YPG a indiqué que les bombardements turcs avaient visé l'aéroport militaire de Minnigh, repris le 10 février par les forces kurdes avec le soutien des raids de l'aviation russe. Situé à une dizaine de km de la frontière turque, l'aérodrome de Minnigh se trouve entre deux routes importantes qui mènent de la ville d'Alep, deuxième ville du pays, à Azaz, plus au nord.

L'armée turque a frappé des cibles du Parti kurde de l'union démocratique (PYD)  mais aussi du régime syrien, précise l'agence officielle Anatolie.  Les forces armées turques ont frappé des cibles du PYD près de la ville d'Azaz, dans la province d'Alep, selon une source militaire citée par Anatolie. L'armée turque a également riposté à des tirs de forces du régime syrien sur un poste militaire dans la région de Hatay (sud de la Turquie), selon la même source.

Dans la soirée, les Etats-Unis ont exhorté samedi la Turquie à cesser ses tirs d'artillerie. Le porte-parole du département d'Etat a également assuré que les Etats-Unis avaient pressés les Kurdes syriens et d'autres forces affiliées aux YPG à ne pas profiter de la confusion en s'emparant de nouveaux territoires.  ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant