Syrie-La trêve doit durer, les discussions vont commencer-Onu

le , mis à jour à 17:35
0
 (Actualisé avec réaction du HCN (opposition)) 
    GENEVE, 9 mars (Reuters) - L'accord de cessation des 
hostilités en Syrie a été conçu pour une durée illimitée aux 
yeux des Nations unies et des grandes puissances, a déclaré 
mercredi l'émissaire spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, 
rejetant l'idée répandue selon laquelle la trêve aurait besoin 
d'être renouvelée ce week-end. 
    L'émissaire a déclaré à la presse à Genève qu'il allait 
faire pression en faveur de la tenue de négociations de paix, 
prévues pour les jours prochains, alors même que ni le 
gouvernement syrien ni le Haut comité des négociations (HCN), 
principale représentation de l'opposition, n'ont confirmé 
clairement leur venue. 
    Staffan de Mistura a prévu d'enclencher lundi prochain une 
nouvelle série de discussions de paix. Ces négociations 
porteront à la fois sur l'administration de la Syrie, la tenue 
d'élections dans les 18 mois et sur une nouvelle constitution, 
a-t-il précisé. 
    Cette série de discussions n'ira pas au-delà du 24 mars, 
a-t-il dit. Une pause sera alors observée, avant une reprise. 
    Le HCN a salué le calendrier présenté par Staffan de Mistura 
par la voix de son porte-parole, Salem al Muslat. 
    La décision de participer ou pas aux négociations de Genève 
sera prise très rapidement, a-t-il dit, ajoutant que 
l'opposition avait constaté une diminution des violations de la 
trêve par les forces gouvernementales. 
    "Nous avons entendu ce qu'a dit monsieur de Mistura. Il y a 
des points positifs, nous avons remarqué sur le terrain des 
éléments qui vont dans un sens positif", a-t-il déclaré. 
    "Il y a eu au départ un grand nombre de violations de la 
trêve, mais hier, elles étaient beaucoup moins nombreuses."  
    L'aide humanitaire arrive dans certaines zones, a-t-il 
poursuivi, soulignant là encore une évolution positive. 
    Précisant son opinion sur la cessation des hostilités, 
Staffan de Mistura a dit avoir entendu certains belligérants 
laisser entendre que la trêve, qui a débuté le 27 février, 
expirerait au bout de deux semaines. 
    "Du point de vue de l'Onu et des réunions tenues à 
Genève(...), le concept de durée illimitée prévaut concernant la 
cessation des hostilités", a déclaré Staffan de Mistura, qui 
s'exprimait à l'issue d'une réunion sur les questions 
humanitaires en Syrie. 
    De son côté, Jan Egeland, qui préside le groupe de travail 
humanitaire sur la Syrie, a déclaré que les Nations unies, qui 
ont livré de l'aide à 10 des 18 zones assiégées au cours des 
quatre dernières semaines, s'efforçaient de surmonter les 
obstacles restants et d'atteindre les zones encore isolées. 
 
 (Tom Miles et Stephanie Nehebay; Danielle Rouquié, Eric Faye et 
Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant