Syrie : «La transition va être très difficile»

le
0
INTERVIEW - L'opposant Samir Aita, économiste, membre du Forum démocratique syrien, s'inquiète des divisions de l'opposition.

LE FIGARO.- Que proposez- vous pour l'après-Assad?

Samir AITA. - L'ensemble des forces politiques et du mouvement social, réunis après beaucoup d'efforts au Caire par la Ligue arabe, a adopté le 3 juillet une vision séculière de la Syrie, agréée même par les Frères musulmans.: «Personne ne peut imposer une religion à quelqu'un, ni l'empêcher de choisir et de pratiquer sa croyance.» Une longue période de transition est proposée, durant laquelle le gouvernement de transition travaillera sous le contrôle d'un corps législatif transitoire ; tous deux seraient nommés par un Congrès national regroupant toutes les tendances politiques et sociales, même celles qui ne sont pas actuellement dans l'opposition. C'est ce corps législatif transitoire qui fera une déclaration constitutionnelle et édictera des lois assurant les libertés et l'État de droit jusqu'à l'élection d'une assemblée constituante. Ce schéma prend appui sur l'expérience tunisienne. Une autre ins

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant