Syrie: la tension entre rebelles et jihadistes éclate au grand jour

le
0
Syrie: la tension entre rebelles et jihadistes éclate au grand jour
Syrie: la tension entre rebelles et jihadistes éclate au grand jour

Une trêve a été trouvée vendredi entre jihadistes et rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) pour la ville d'Azaz conquise mercredi par l'Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIS). Mais le cas de cette cité du nord de la Syrie, près de la frontière turque, a fait jaillir au grand jour une tension latente entre le courant majoritaire de la rébellion syrienne et cette faction dure liée à Al-Qaïda, au risque d'approfondir les divisions au sein des groupes combattant le régime de Damas, alors que chaque camp accuse l'autre d'être manipulé.

Par ailleurs, conformément à l'accord russo-américain du 14 septembre, le régime a fourni une première liste d'armes chimiques à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Ce vendredi, la Coalition nationale syrienne, qui regroupe un large éventail de tendances, a condamné dans un communiqué «les agressions de (l'EIIL) contre les forces de la révolution syrienne ainsi que son mépris répété pour la vie des Syriens, et considère que (ses) pratiques (...) sont en contradiction avec le principes de la révolution syrienne».

C'est la première fois que la CNS s'élève aussi fortement contre un groupe jihadiste alors qu'elle avait cohabité jusqu'ici avec les islamistes radicaux qui combattent, comme elle, le régime de Damas. La coalition de l'opposition dénonce le fait que l'EIIL «serve des projets extérieurs et appelle à instaurer un Etat (islamique) en violation de la souveraineté nationale», alors que l'Iran a proposé ses bons offices pour une éventuelle médiation.

L'Armée Syrienne Libre frustrée

Sur le terrain, des habitants d'Azaz avaient lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour demander le départ des combattants de l'Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIL), certains craignant de voir les jihadistes imposer la charia dans la ville, si bien que l'ASL avait annoncé l'envoi de renforts pour tenter de trouver un compromis. Pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant