Syrie : la Russie fustige le «parti pris» des enquêteurs de l'ONU

le
1
Syrie : la Russie fustige le «parti pris» des enquêteurs de l'ONU
Syrie : la Russie fustige le «parti pris» des enquêteurs de l'ONU

Depuis la publication, lundi, du rapport de l'ONU sur l'attaque à l'arme chimique perpétrée dans la banlieue de Damas le 21 août, la Russie, fervente alliée de la Syrie, se livre à un véritable bras de fer contre les forces occidentales pour établir la responsabilité du massacre. Son vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, accuse ce mercredi les enquêteurs onusiens d'avoir adopté un «parti pris» défavorable au régime de Bachar al-Assad lors de la rédaction de cette expertise, dont les conclusions sont à ses yeux «politisées» et «unilatérales».

«Nous sommes déçus, c'est le moins qu'on puisse dire, de l'approche qui a été celle du secrétariat de l'ONU et des inspecteurs de l'ONU qui se trouvaient en Syrie, qui ont préparé leur rapport de manière sélective et incomplète, sans prendre en compte des éléments que nous avions à plusieurs reprises signalés», a ajouté le bras droit de Sergueï Lavrov, en visite dans la capitale syrienne, où il a rencontré le président al-Assad. Ce dernier l'a d'ailleurs remercié pour son soutien face à «l'attaque féroce dont la Syrie fait l'objet».

La France défend «l'objectivité» des inspecteurs

Si les enquêteurs de l'ONU confirme bien l'utilisation de gaz sarin et la mort d'au moins 1400 Syriens, ils ne nomment pourtant aucun coupable, cela ne faisant pas partie de leur mission. Mais ils donnent des précisions sur les méthodes utilisées, à savoir les tirs de «plusieurs roquettes sol-sol capables de porter des charges chimiques importantes», laissant fortement penser que les tirs ont été pepétrées par l'armée officielle, qui est dotée de plus de moyens selon la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Cela ne fait «aucun doute», avait déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius après la publication du rapport. «Personne ne peut mettre en cause l'objectivité» des inspecteurs de l'ONU, a-t-il redit ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 18 sept 2013 à 15:04

    Tout à fait juste, car parti-pris il y a.