Syrie : la Russie frappe les djihadistes depuis l'Iran

le
0
Syrie : la Russie frappe les djihadistes depuis l'Iran
Syrie : la Russie frappe les djihadistes depuis l'Iran

Des bombardiers russes ont frappé mardi des positions djihadistes en Syrie, pour la première fois en décollant d'un aérodrome en Iran, un pas supplémentaire dans la coopération militaire entre les deux principaux soutiens du régime de Damas.

 

Le ministère russe de la Défense a annoncé que des bombardiers Tu-22M3 et Su-34 avaient décollé de la base militaire de Hamedan, dans le nord-ouest de l'Iran. Les avions ont frappé en Syrie des positions de Daech (ou groupe État islamique) et du Front al-Nosra (aujourd'hui Front Fateh al-Cham après avoir renoncé à son rattachement avec Al-Qaïda).

 

Cinq dépôts d'armes détruits

Ces frappes ont permis, selon le ministère, la destruction de « cinq grands dépôts d'armes et de munitions » et de camps d'entraînement à Deir Ezzor, Saraqeb dans la région d'Idleb, et à Al-Bab, une ville tenue par l'Etat islamique dans la région d'Alep.

 

L'aviation russe a également bombardé trois centres de commandement dans les régions de Jafra et Deir Ezzor, éliminant « un grand nombre de combattants », selon le communiqué.

 

 

C'est la première fois que la Russie utilise un pays tiers pour mener des frappes en Syrie depuis le déclenchement de sa campagne militaire, il y a près d'un an.

 

L'annonce de ces frappes a été précédée par la visite lundi à Téhéran du vice-ministre russe des Affaires étrangères. Mikhaïl Bogdanov a été reçu par le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, pour évoquer notamment le conflit syrien.

 

Iran et Russie, grands alliés du régime syrien

La Russie et l'Iran sont les deux grands alliés du régime syrien de Bachar al-Assad, qu'ils soutiennent politiquement, financièrement et militairement contre les groupes rebelles et les djihadistes.

 

Assiettes à l'effigie de Vladimir Poutine (à droite) et Bachar al-Assad, vendues à Damas (Syrie). AFP/Joseph Eid

 

Pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant