Syrie-La reprise des discussions de Genève repoussée au 13 avril

le , mis à jour à 19:11
0
 (Actualisé, Jan Egeland, derniers paras) 
    GENEVE, 7 avril (Reuters) - L'émissaire de l'Onu pour la 
Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé jeudi son intention de se 
rendre à Damas puis à Téhéran et de consulter d'autres pays de 
la région pour tenter de trouver un terrain d'entente en vue du 
règlement de la crise syrienne, ce qui retardera de deux jours 
la reprise des discussions de Genève.  
    "Il faut que la prochaine série de discussions soit très 
concrète, dans le sens d'un processus politique débouchant sur 
un vrai début de transition politique", a déclaré Staffan de 
Mistura lors d'une conférence de presse. 
    Il a expliqué vouloir "vérifier la position" des différents 
acteurs pour être sûr qu'il y en ait suffisamment qui soient 
d'accord "sur ce que pourrait être le cadre d'une transition 
politique". 
    La Russie a d'ores et déjà proposé des pistes intéressantes, 
a poursuivi le diplomate, qui souhaite également entendre les 
dirigeants turcs, saoudiens, jordaniens et libanais avant la 
reprise des négociations, le 13 avril.  
    D'abord programmée le 9, celle-ci avait déjà été repoussée 
au 11 avril.  
    Comme la Syrie a décidé d'organiser des élections 
législatives le 13 avril, la délégation du gouvernement syrien 
n'arrivera pas avant le 14 ou le 15 avril, a ajouté Staffan de 
Mistura. 
    Jan Egeland, conseiller de Staffan de Mistura pour les 
questions humanitaires, s'est dit jeudi "déçu et découragé" par 
les difficultés à faire parvenir de l'aide aux populations 
civiles en Syrie. 
    "Avril était censé être notre meilleur mois (pour la 
livraison de l'aide) mais, pour l'instant, ça n'en prend pas le 
chemin", a-t-il dit. "Ces quatre derniers jours, nous avions 
cinq convois prêts à partir mais aucun n'a pu bouger et 287.000 
personnes n'ont en conséquence reçu aucune aide dans des zones 
assiégées ou difficiles d'accès." 
    Jan Egeland espère toutefois pouvoir mener à bien 
l'évacuation de 500 personnes -- les malades, les blessés et 
leurs proches -- des villes de Madaya, Zabadani, Foua et 
Koufreya. 
 
 (Tom Miles; Jean-Philippe Lefief, Danielle Rouquié et Guy 
Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant