Syrie : la répression n'éteint pas la révolte

le
0
Au moins sept personnes ont été tuées, vendredi, dans des affrontements avec les forces de l'ordre.

En Syrie, rien ne semble parvenir à éteindre pour de bon la protestation populaire. Ni la répression policière (qui aurait fait en trois semaines plus d'une cinquantaine de morts selon Human Rights Watch), ni les marches géantes organisées mardi dernier à Damas et à Alep en faveur du régime, ni le discours à la nation de mercredi du président Bachar el-Assad, n'ont suffi à dissuader les Syriens mécontents de retourner dans la rue. Utilisant le réseau social Facebook, les protestataires avaient appelé leurs concitoyens à manifester, vendredi, dans le cadre de ce qu'ils appelèrent le «vendredi des martyrs». Déjà, le 18 mars avait été qualifié par l'opposition de «vendredi de la colère», et le 25 mars de «vendredi de la dignité». Dans les dictatures arabes, le vendredi, jour de prière, a toujours eu les faveurs des mouvements clandestins d'opposition, dans la mesure où il est très difficile pour la police d'interdire aux hommes de se rendre en masse à l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant