Syrie : la poudrière menace toute la région

le
0
Syrie : la poudrière menace toute la région
Syrie : la poudrière menace toute la région

Un jeu de mikado mortel. Au Proche-Orient, modifiez un élément et c'est toute la région qui menace de s'embraser. C'est l'une des principales raisons qui explique la réticence des pays occidentaux à s'engager militairement en Syrie. « La situation géopolitique y est d'une complexité sans fin », souligne un diplomate. Berceau des trois grandes religions monothéistes, les équilibres y sont des plus précaires.

Le chaudron syrien

Toutes les confessions religieuses cohabitent en Syrie : 74% de musulmans sunnites, environ 10% d'Alaouites (une secte musulmane chiite), 10% de chrétiens? Le principal risque qui menace le pays est celui d'un repli communautaire. « Chacune d'elles aura la tentation de s'identifier aux communautés de la région, souligne Mikaïl Barah*, spécialiste du Proche-Orient. Les Kurdes entre eux, les sunnites d'un côté, les chiites de l'autre. » Avec la menace de résurgence du conflit millénaire entre chiites et sunnites, ces deux branches rivales de l'islam.

Le Liban, première victime collatérale

« L'onde de choc syrienne a déjà transpercé le territoire libanais », souligne l'expert de l'institut de géopolitique européen Fride. Le Liban est profondément divisé sur le conflit syrien, qui a exacerbé les tensions confessionnelles. Les sunnites sont en majorité partisans de la rébellion qui veut renverser le régime, tandis que les chiites, emmenés par le Hezbollah pro-iranien, soutiennent Assad. Depuis le début du soulèvement populaire en Syrie, en mars 2011, la tension n'a fait que monter autour de l'explosive question syrienne. Heurts, assassinats, émeutes confessionnelles, attentats et même des bombardements.

L'Iran redoute l'isolement

Le pays des ayatollahs, chiite comme le clan alaouite au pouvoir à Damas, a beaucoup à perdre si Bachar al-Assad finit par être chassé. « La Syrie est le seul allié officiel de l'Iran dans la région. C'est pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant