Syrie : la minorité kurde cherche sa voie

le
0
INFOGRAPHIE - Damas tente de se ménager le soutien de ce groupe fort de deux millions de personnes, dont une partie réclame le départ d'el-Assad.

Aldar Xelîl est absorbé par les images de manifestations retransmises sur l'écran plasma du petit hôtel dans lequel il reçoit. «Les villes à majorité kurde sont celles où la rue reste la plus mobilisée», lâche fièrement ce responsable du parti de l'Union démocratique (PYD), rencontré à Erbil, capitale du Kurdistan irakien et nouveau bastion de l'opposition syrienne kurde en exil. Le rassemblement est diffusé sur Ronahi TV, la dernière chaîne du paysage audiovisuel kurde, lancée au mois d'octobre par la diaspora de Suède. Réunie par dizaines, une foule majoritairement constituée de femmes et d'enfants affiche les couleurs kurdes et entonne des chants populaires ponctués de «Azadi!», «Liberté!». Au moment où la répression menée par le régime el-Assad s'intensifie dans les villes du Nord-Est, un curieux vent de liberté caresse la minorité kurde de ­Syrie, estimée à plus de deux millions et longtemps victime de la politique d'arabisation du régime baa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant