Syrie : la menace des frappes s'éloigne

le
10
Syrie : la menace des frappes s'éloigne
Syrie : la menace des frappes s'éloigne

En demandant à Bachar al-Assad de remettre ses armes chimiques sous contrôle international et même de les détruire, la Russie de Vladimir Poutine a contribué lundi à faire reculer la menace de frappes sur la Syrie, ouvrant la porte à une solution politique. Lundi soir, le président américain Barack Obama a dit prendre cette avancée «au sérieux». Il y voit un développement «potentiellement positif» de la crise. Dans la foulée, le Sénat américain a décidé de reporter son vote prévu initialement mercredi.

De son côté, la Syrie a immédiatement «accueilli favorablement» cette proposition, sans plus de précision. Obama a toutefois mis en garde contre toute tentative de diversion, maintenant ainsi la pression.

Le Congrès américain devait en principe donner cette semaine son feu vert ou rouge à une intervention militaire en Syrie, à laquelle le président français François Hollande est prêt à se joindre, sans l'autorisation du Parlement, comme le lui autorise la Constitution de 1958. Le marathon avait commencé pour Barack Obama qui devait convaincre en un temps record des législateurs encore très indécis. Selon une enquête réalisée par USA Today Today ce lundi, seuls 44 élus sur 533 étaient décidés à voter «oui» (22 au Sénat et 22 à la Chambre des représentants), tandis que 149 s'apprêtaient à dire «non» (19 au Sénat et 130 à la Chambre). Les autres n'avaient pas encore fait leur choix et c'est à eux que le chef d'Etat s'est adressé lundi soir en enchaînant les interviews et les interventions télévisées. Il doit encore s'adresser ce mardi soir à la nation depuis le cadre solennel de la Maison-Blanche.

>> Revivez les événements de ce lundi :

00h26. Le vote du Sénat américain sur la Syrie, prévu mercredi, est reporté, selon un sénateur. «Je ne pense pas que nous ayons besoin» de voter rapidement, annonce le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, quelques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 9 sept 2013 à 23:54

    La raison du plus fort...n'était-elle pas tjrs la meilleure ???...

  • loco93 le lundi 9 sept 2013 à 22:18

    Jamais personne pour punir les invasions ricaines

  • fbordach le lundi 9 sept 2013 à 22:01

    À l’occasion du conflit syrien, le président français nous offre une magnifique démonstration de ce qu’il ne faut pas faire quand on n’y connaît rien, qu’on est mal entouré et mal conseillé et qu’on agit exclusivement pour des buts personnels assez grossiers.L’observation attentive de ce qui s’est passé sur les deux dernières semaines ne laisse aucun doute : François Hollande n’a aucun talent de leader et confirme son charisme d’abribus éteint.

  • jean.e le lundi 9 sept 2013 à 20:22

    les americians ont trop besoin de cette guerre pour leur lobby militaro industriel

  • LeRaleur le lundi 9 sept 2013 à 19:49

    Et les djihadistes vont conserver les leurs. Ils ont déjà +ou- détruit la ville chrétienne de Maaloula et tué un grand nombre des habitants.

  • imozen le lundi 9 sept 2013 à 17:51

    Pas rendre, mais les mettre sous contrôle international. Bonne initiative russe !

  • LeRaleur le lundi 9 sept 2013 à 15:36

    m744 +1.

  • LeRaleur le lundi 9 sept 2013 à 15:11

    En Afghanistant, souffrir des talibans ou de l'OTAN, où est le mieux ?

  • M4369955 le lundi 9 sept 2013 à 14:09

    La Chine n'a jamais été l'allié de la Syrie de Assad messieurs les journalistes ! elle a une politique étrangère et une position claire quelle que soit le pays "ciblé" : NON INGERANCE ET RESPECT DE LA SOUVERAINETE !Si ce principe avait été respecté en Irak et en Afganistan entre autres ces pays et leur population n'auraient pas souffert autant (sans faire d'angélisme envers les sales dictatures de ces pays )

  • kalas le lundi 9 sept 2013 à 11:29

    C'est plutôt Poutine qui devrait remercier Assad pour les armes qu'il lui achète.