Syrie : la France veut aider les rebelles mais pas les islamistes

le
2
Syrie : la France veut aider les rebelles mais pas les islamistes
Syrie : la France veut aider les rebelles mais pas les islamistes

La France ne veut pas revivre avec la Syrie ce qui s'est produit après la chute de Kadhafi en Libye, où les islamistes ont pris le contrôle de la révolution et sèment encore la terreur dans certaines villes du pays. Paris a proposé, ce jeudi, de classer les rebelles islamistes du Front jihadiste Al-Nosra, filliale d'al-Qaïda, comme «organisation terroriste» au sens de l'ONU. «Nous allons augmenter notre soutien envers l'opposition modérée, la Coalition nationale syrienne qui doit s'élargir, s'unifier et garantir clairement à chaque communauté le respect de ses droits en cas de changement de régime», affirme Laurent Fabius dans un entretien au journal Le Monde daté de vendredi.

C'est la première fois que la France propose aussi clairement de classer sur une liste noire le Front Al-Nosra. Celui-çi veut instaurer un Etat islamique en Syrie, ce que rejette l'Armée syrienne libre (ASL), principale composante de la rébellion contre le régime de Bachar Al-Assad.

«Il faut bouger et bouger vite»

Le chef de la diplomatie française estime dans cet entretien que «la tragédie syrienne peut être la pire catastrophe humanitaire de ce début de siècle». Il affirme «discuter avec nos partenaires européens» de l'embargo sur les armes. Et d'expliquer: «D'un côté, il n'est pas question que les résistants et les civils continuent d'être bombardés : ils demandent légitimement les moyens de se protéger. De l'autre, on ne peut pas leur fournir d'armements susceptibles de tomber dans les mains du régime ou de mouvements terroristes». Le ministre des Affaires étrangères conclut : «Nous sommes en train de préciser nos enquêtes et nos plans d'action face à la possibilité d'utilisation par Assad d'armes chimiques. Il faut bouger et bouger vite».

Laurent Fabius propose ainsi «un Genève II» sur la Syrie, «faisant suite à la réunion de Genève en juin 2012 qui avait failli réussir». Il a évoqué cette réunion lors...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le jeudi 9 mai 2013 à 19:03

    Une affaire de gros sous, mais qui sent le boomerang

  • LeRaleur le jeudi 9 mai 2013 à 18:34

    Bien malin qui fera le différence, sacrés français toujours à la pointe... mais de quoi ?