Syrie : la France et la Russie prennent acte de leurs désaccords

le
0
Syrie : la France et la Russie prennent acte de leurs désaccords
Syrie : la France et la Russie prennent acte de leurs désaccords

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a rendu visite à son homologue russe Sergueï Lavrov ce mardi à Moscou. Un rendez-vous plus que tendu, qui intervient au lendemain de la confirmation par les enquêteurs onusiens de l'utilisation de gaz chimique lors de l'attaque du 21 août à Damas (Syrie). Depuis la publication de leur rapport, qui ne désigne aucun coupable, leurs positions divergent radicalement.

D'un côté, la France affirme n'avoir «aucun doute sur la responsabilité du régime de Damas» dans ces attaques, comme l'a rappelé M.Fabius ce mardi après-midi. Avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, Paris a décidé de durcir le ton et demande désormais au Conseil de sécurité de l'ONU de prévoir une résolution pouvant mener à un recours à la force, contre le régime de Bachar al-Assad s'il ne remet pas ses armes chimiques sous contrôle international dans les tout prochains jours.

Les mots de Fabius sont «une provocation» selon Lavrov

Les propos du ministre français de ce mardi ont été perçus comme une «provocation» par M. Lavrov. Lui ne condamne pas Damas et refuse que l'ONU intervienne dans ce processus de sortie de crise, souhaitant que seul l'accord russo-américain conclu à Genève samedi dernier fixe les règles du jeu. Ce texte prévoit d'envoyer des inspecteurs en Syrie à partir de novembre et de démanteler tout l'arsenal chimique du régime d'ici mi-2014. Il autorise tout de même, en cas de «non-respect» par Damas de ses engagements, le Conseil de sécurité à appliquer des mesures sous chapitre 7 de la Charte de l'ONU», qui ouvrent la voie au recours à la force. Mais pour Lavrov, il n'est pas question de les appliquer à ce stade des négociations. «Nous l'avons dit clairement à Genève, et il n'y a rien de tel dans le document que nous avons adopté», a-t-il insisté ce mardi.

C'était pour faire plier Sergueï Lavrov sur ce point que Laurent Fabius s'était rendu au Kremlin. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant