Syrie : la France demande la libération de deux évêques enlevés

le
0
Syrie : la France demande la libération de deux évêques enlevés
Syrie : la France demande la libération de deux évêques enlevés

La France a appelé jeudi à la libération de deux évêques orthodoxes syriens enlevés lundi à Kafar Dael, près d'Alep, alors qu'ils effectuaient une opération humanitaire. «La France condamne fermement l'enlèvement de deux évêques près d'Alep, qui constitue une grave violation des droits de l'homme. Elle appelle à leur libération immédiate et exprime sa solidarité aux communautés chrétiennes qui doivent pouvoir vivre en paix dans une Syrie respectueuse de toutes ses composantes», a déclaré Philippe Lalliot, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point-presse.

Mardi, l'opposition syrienne a accusé le régime de Damas d'être derrière le rapt, affirmant que le pouvoir était furieux contre l'un des prélats qui s'est récemment démarqué du régime de Bachar al-Assad. Selon l'opposition, l'évêque Yohanna Ibrahim avait déclaré «que la pérennité des chrétiens en Syrie n'était pas liée à la pérennité du régime».

Les ravisseurs se disent tchétchènes

D'après des sources dans les diocèses, une personne qui se trouvait avec les deux ecclésiastiques a affirmé que les ravisseurs s'étaient présentés comme des Tchétchènes. Ils ont été enlevés dans une région «où est active une brigade formée de combattants originaires du Daguestan», république de la Fédération de Russie à l'est de la Tchétchènie, a affirmé Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. L'ambassadeur turc à Beyrouth, Inan Ozyildiz, a affirmé que son pays, frontalier de la Syrie, menait des efforts pour retrouver les deux prélats.

Les chrétiens, qui constituent environ 5% de la population en Syrie, se sont globalement tenus à l'écart du conflit qui ensanglante leur pays depuis le début 2011, selon les ONG. Plusieurs églises ont toutefois été endommagées ou détruites dans les bombardements et les combats, et plusieurs chrétiens ont été victimes d'enlèvement crapuleux ou pour motif...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant