Syrie : la diplomatie à court d'options face à el-Assad

le
0
Après le retrait des observateurs de l'ONU, Obama et Poutine tenteront de réduire leurs désaccords en marge du G20.

Tandis que la ville de Homs était à nouveau sous les bombes dimanche, les diplomates se trouvent face à un chemin de plus en plus étroit en Syrie. Alors qu'un seuil a encore été franchi dans les massacres et les exactions, ­Barack Obama et Vladimir Poutine s'entretiendront de la crise syrienne en marge du sommet du G20 qui se tient lundi et mardi à Los Cabos, au Mexique.

Des entretiens d'autant plus attendus que, samedi, un pilier du plan de paix de Kofi Annan, auquel les diplomates s'accrochent depuis des semaines, s'est effondré. Le chef de la mission de l'ONU en Syrie, Robert Mood, a en effet annoncé la suspension des opérations de ses 300 observateurs en raison de «l'escalade de la violence». Le général norvégien et l'ex-secrétaire général de l'ONU feront leur rapport cette semaine à New York, alors que bon nombre d'observateurs dressent, depuis quelque temps déjà, un acte de décès du plan Annan. Celui-ci prévoyait, entre autres, un cessez-le-feu, la sortie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant