Syrie : la communauté internationale obligée «à agir», selon Hollande

le
2
Syrie : la communauté internationale obligée «à agir», selon Hollande
Syrie : la communauté internationale obligée «à agir», selon Hollande

La communauté internationale doit-elle intervenir plus fermement contre le régime de Bachar al-Assad ? Oui, répond François Hollande ce mercredi. Selon le président de la République, qui recevait à l'Unesco le prix Félix Houphouët-Boigny pour avoir décidé de l'intervention au Mali, la France a «apporté des éléments de preuve» sur l'utilisation de gaz sarin en Syrie «qui obligent la communauté internationale à agir».

«Nous ne pouvons agir que dans le cadre de la légalité internationale», a cependant observé le chef de l'Etat, interrogé sur la possibilité d'une intervention alliée en Syrie. Evoquant la conférence internationale pour la paix en Syrie qui doit se tenir prochainement, François Hollande a estimé que «ce qui s'est produit en Syrie doit être un élément de plus sur la pression qu'il convient d'exercer sur le régime syrien et aussi sur ses alliés». Sans en dire plus...

Une intervention militaire ? On en est encore très loin. Toute intervention directe de la communauté internationale en Syrie reste purement théorique pour le moment. Paris et Londres ont réclamé avant tout un «accès immédiat et sans conditions» au territoire syrien des enquêteurs de l'ONU.

Le Royaume-Uni dit aussi avoir des preuves de l'utilisation du gaz sarin

Cette nouvelle étape dans la crise syrienne est partie, mardi, des propos du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Celui-ci a accusé le régime de Bachar al-Assad d'avoir utilisé à au moins une reprise du gaz sarin en Syrie après l'analyse de prélèvements en France. Une «ligne a été franchie» et «toutes les options sont sur la table», a-t-il ajouté.

Ce mercredi, le Royaume-Uni a aussi dit avoir des preuves «physiologiques» de l'utilisation du gaz sarin en Syrie «très probablement» par le régime de Bachar al-Assad. «Nous avons obtenu des échantillons physiologiques de Syrie qui ont été testés» en Angleterre, et «les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • slivo le mercredi 5 juin 2013 à 22:00

    Pas un seul de nos soldat ne doit etre envoyé au casse pipe en Syrie. Ce n'est pas notre conflit et nous n'avons pas à soutenir des islamistes qui ne rêvent que de nous désintégrer.

  • baljo le mercredi 5 juin 2013 à 21:44

    Trop drôle notre gros françois.Il montre ses petits muscles en sachant très bien que Moscou et Pékin l’empêcheront avec le véto à L'ONU. Arrêtez le sinon il fait un malheur le tout mou.Bon c'est comme d'hab, une lavette...