Syrie : la colère froide de Kerry contre la Russie à l'ONU

le , mis à jour à 09:35
3
Syrie : la colère froide de Kerry contre la Russie à l'ONU
Syrie : la colère froide de Kerry contre la Russie à l'ONU

Le ton est monté mercredi à l'ONU entre les chefs de la diplomatie américaine et russe. John Kerry et Sergueï Lavrov se sont invectivés lors d'une session de crise du Conseil de sécurité sur la Syrie, 

L'«enfer» de cette guerre qui a fait plus de 300.000 morts «jette la honte sur nous» s'est d'abord insurgé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

«C'est un moment de vérité pour la Russie», a lâché d'un ton glacial le chef de la diplomatie américaine. «J'ai écouté mon collègue de la Russie, et j'ai comme le sentiment que nous sommes dans des univers parallèles». «Ce n'est pas une blague, c'est une affaire grave», a encore martelé John Kerry. «Comment des gens peuvent-ils s'asseoir à la même table qu'un régime qui bombarde des hôpitaux et largue du chlore encore et encore et encore et encore, en toute impunité ?»

«Regardons les choses en face: tout le monde dans cette salle comprend qu'il y a des soutiens (du régime) à cette table - et nous savons qui ils sont - qui ont la possibilité d'influencer les acteurs de ce conflit», a insisté l'Américain. Alors que, lundi, la trêve signé dix jours plus tôt entre les Etats-Unis et la Russie a volé en éclat lorsque l'armée syrienne a annoncé la reprise de ses opérations, il a exigé que Moscou impose à son protégé de Damas de «clouer au sol ses aéronefs» et lui «interdise» de bombarder l'opposition et les civils.

VIDEO. La colère froide de John Kerry

L'accord de trêve prévoyait sept jours de cessez-le-feu, de l'aide humanitaire, une zone d'interdiction de survol pour l'aviation syrienne et une coopération militaire Washington-Moscou contre les jihadistes.

 

La Syrie accuse les Etats-Unis de «guerre de propagande immonde»

 

Montrant du doigt la Russie et la Syrie, John Kerry a qualifié de «violation flagrante du droit international» le raid de lundi contre un convoi humanitaire de l'ONU (20 morts) et celui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 2 mois

    Obama est dépassé par le Pentagone et la CIA. Les USA jouent un double jeu en disant qu'ils combattent les islamistes, alors qu'ils les soutiennent contre Assad. Poutine fait tout ce qu'il peut pour éviter une guerre entre la Russie et l'Amérique qui veut faire passer la Russie pour l'agresseur.

  • delapor4 il y a 2 mois

    Ce sont les Américains qui couvrent l'utilisation du chlore par les terroristes. Ils sont un fléau sur le monde entier.

  • glitzy il y a 2 mois

    l'impuissance surtoutObama joue au poker à cartes ouvertes (tout le monde savait qu'il n'enverrait pas de troupes, ne prendrait pas de risques) avec Putin, un potentat qui garde lui ses cartes fermées, ment comme il respire et n'en a rien à faire des dégâts collatéraux. Au niveau de la politique étrangère, Obama n'a certes pas répété les erreurs plus catastrophiques de Bush, mais il n'a pas su trouver un juste équilibre non plus.