Syrie : la coalition frappe les jihadistes près de Kobané

le
0
Syrie : la coalition frappe les jihadistes près de Kobané
Syrie : la coalition frappe les jihadistes près de Kobané

Kobané n'est pas tombée aux mains du groupe Etat isalmique (EI). Appuyée par des frappes de la coalition internationale, la ville kurde du nord de la Syrie et frontalière de la Turquie résiste à l'offensive jihadiste.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les coalisés ont frappé au moins quatre zones vendredi soir sur les fronts sud et sud-est à l'extérieur de la troisième ville kurde de Syrie. Ces raids ont détruit du matériel militaire appartenant à l'EI, selon l'ONG (organisation non gouvernementale) basée en Grande-Bretagne, qui dispose d'un large réseau de sources civiles, médicales et militaires à travers la Syrie. D'après elle, 35 jihadistes sont morts dans les frappes de la coalition en Syrie dans la nuit de vendredi à samedi, 30 près de Shadadi, 5 à proximité de Kobané.

Ces frappes sont intervenues à la fin de la pire journée de bombardements sur Kobané depuis le début de l'assaut jihadiste sur la région le 16 septembre, selon l'OSDH, qui a parlé d'au moins 80 obus de mortier tirés sur la ville. La prise de Kobané permettrait au groupe extrémiste de l'Etat islamique de contrôler sans discontinuité une longue bande de territoire frontalière de la Turquie.

VIDEO. A la frontière turque, les Kurdes assistent au siège de Kobané.

Selon Mustafa Ebdi, un militant de Kobané, les forces kurdes qui défendent la ville avec l'appui de rebelles syriens sont parvenues à contenir une attaque de l'EI vendredi soir, mais les combats continuent ce samedi, surtout sur le front sud-ouest, d'après l'OSDH. Les obus continuent de pleuvoir sur la ville, appelée Aïn al-Arab en arabe.

«Les combattants de Daech (acronyme du groupe Etat islamique en arabe) disaient qu'ils feraient leurs prière de l'Aïd  (la fête du sacrifice, qui a commencé ce samedi) à Kobané. Mais pour l'instant, ils ne sont pas entrés dans la ville», a souligné Mustafa Ebdi, faisant part d'un certain optimisme de la part ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant